Accueil Menzel Temime Photothéque Actualité Forum Livre D'or Nous

Savants Témimiens


Mohamed HMAM (Allah yarhamou) connu sous le nom « HMAM le notaire » était l'aîné de ses frères (4) et fut né pendant la première guerre mondiale, et plus précisément en 1915. En 1928, il a terminé l'apprentissage du Coran à la troisième écriture (Klam Attalith) à l'âge de 13 ans. Son professeur était le « Cheikh Mohamed BOUAZIZ » (Allah yahamou), appelé également « Hajj Mohamed BOUAZIZ Attémimi ». D'après son épouse (Naziha BOUAZIZ), Cheikh Mohamed BOUAZIZ a quitté la vie peu après que Mohamed HMAM ait terminé l'apprentissage du Coran (1928) (On estime que Cheikh Mohamed BOUAZIZ fut né dans les années 1840 ou 1850).


Mohamed HMAM et Mohsen BOUAZIZ (Allah yarhamou) (frère Mohamed Hilmi BOUAZIZ (un Imam actuel)), connu sous le nom « Cheikh Mohsen » (tous deux zeitouniens), ainsi que « Ahmed HMAM » (Allah Yarhamou - sur papier Sadok HMAM connu avec le nom « Erroh » (L'esprit)), ont tous les trois appris le Coran par cœur dès leur plus jeune âge. Cheikh Mohsen était à l'époque très jeune. Il a juste commencé à apprendre le Coran chez Cheikh Mohamed BOUAZIZ lorsque ce dernier a rejoint son seigneur. Celui qui a pris la relève est « Mohamed HMAM» (Allah yarhamou) père (et éponyme) de Mohamed HMAM.


Avant Mohamed HMAM, Cheikh Mohamed BOUAZIZ a enseigné le Coran à « Tahar BOUAZIZ » (Allah yarhamou), le père de Cheikh Mohsen. Mohamed HMAM était alors le seul Imam de Menzel-Temime à son époque. Cheikh Mohsen était également le seul Imam de Menzel dans les années 70 et début des 80. La seule mosquée où le discours de vendredi fut prêché était la mosquée d'Annakhla (La mosquée du dattier à l'instar de la Zeitouna) connue aussi sous le nom de la grande mosquée. C'est vers 1984 (l'année de la révolution du pain) qu'une deuxième prêche de vendredi a commencé à être dispensée dans la mosquée du lycée (Il y avait une seule institution d'enseignement secondaire à l'époque). Rapidement, deux autres mosquées ont suivi dans la prière de vendredi : ancienne mosquée (Jamaa Atiq ou Kadim ou Assaghir) et Jamaa Arrahma (Cheikh Mohsen était à l'origine de sa création et celui qui a collecté les fonds pour que ça se mette sur pieds).


Cheikh Tahar BOUAZIZ s'est éteint en 1966. Entre Cheikh Tahar et son fils Cheikh Mohsen, il y a eu un grand savant, Cheikh Souayah. Ce Zeitounien de renommée était très actif (Imam de Menzel-Temime de 1966 à 1973 à peu près). C'est lui qui a enseigné la science des Quiraat (ce que nous appelons les sept Quiraat du Coran) à nos deux fameux Chouyoukh enseignant du Coran, à savoir Middib Bou-Ordhin et Middib Tahar Abda. Les deux sont encore en vie. A l'époque de Cheikh Souayah, la prière de Taraouih se faisait dans la mosquée d'Annakhla dirigé par les cinq Imams suivants (Allah yarhamhoum tous) dans l'ordre : Cheikh Souayah, Cheikh Khmais Boujmil, Cheikh Ahmed HMAM, Cheikh Mohamed HMAM et Cheikh Mohsen BOUAZIZ. Etant donné qu'à l'époque tous ceux-la restaient tout le long des Taraouih, il n'y avait pas nécessité d'un correcteur qui suit le réciteur en lisant d'un Moshaf.


Revenons à Cheikh Mohamed BOUAZIZ. Avant Cheikh Tahar BOUAZIZ, Cheikh Mohamed BOUAZIZ a enseigné le Coran au père de Cheikh Tahar. Lui aussi s'appelle «Mohamed BOUAZIZ ». Le père de Cheikh Tahar était le cousin de Cheikh Mohamed BOUAZIZ. Alors, si on fait un recul, on s'aperçoit que Cheikh Mohamed BOUAZIZ a enseigné le Coran à trois générations dont son cousin (Mohamed), le fils (Tahar) de ce dernier et aussi le petit fils (Mohsen).


Cheikh Tahar a aménagé une mosquée pour Cheikh Mohamed BOUAZIZ pour qu'il enseigne le Coran. Cette mosquée faisait partie de sa maison qui était en face de la mosquée de Sidi Filali maintenant. Mohamed HMAM travaillait avec Cheikh Tahar. Tous les deux étaient des notaires. Mohamed HMAM a épousé la fille de Cheikh Tahar et le remplaçait dans la Imamat en cas d'absence ou de maladie. A la fin de la vie du Cheikh Mohamed BOUAZIZ, Mohamed HMAM l'aidait à faire ses commissions. Après sa mort, Mohamed HMAM s'était occupé de la femme de Cheikh Mohamed BOUAZIZ jusqu'à sa mort, une trentaine d'année après son mari. Cheikh BOUAZIZ n'a pas eu d'enfants. C'est Mohamed HMAM qui jouait ce rôle.


Juste avant la première guerre mondiale, vers les années 1912 et 1913, Cheikh Mohamed BOUAZIZ a terminé l'écriture du Moshaf (Coran) avec la plume et l'ancre traditionnel. Cet exemplaire du Coran a été passé à Mohamed HMAM qui prenait la place de son fils et de ce dernier à son fils Habib HMAM (Docteur en poste dans une université canadienne). ce document historique, qui date d'un siècle, est actuellement gardé par ce dernier dans une trousse.

 

 

 

 

 

 

 

 

© Copyright Menzel Temime 2005 Menzel Temime droits résérvés.
    Pour plus d'information veuillez nous contacter.
Webmaster  
Mai 2005